Ce roman a fait la rentrée littéraire 2014 et, en cette rentrée littéraire 2015, il sort enfin en poche ! Voilà enfin l'occasion pour moi de le découvrir !

09-2015'' 009

 

L'histoire (4ème de couverture) : Antoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s'intéresse à la sienne, se demande ce qu’elle vaut vraiment. Par une introspection sans concession, il nous entraîne alors au cœur de notre propre humanité, lui qui ne s’est jamais remis de son enfance, ballotté entre faux bonheurs et réelles tragédies.

Mon avis : Cet été, je disais à qui voulait m'entendre que s'il y avait un livre à lire c'était Les Quatre Saisons de l'Eté de ... Grégoire Delacourt. Aujourd'hui, j'ai envie de vous dire que si vous ne deviez lire qu'un seul roman durant cet automne c'est On ne Voyait que le Bonheur et aucun autre ! Ce livre est une pépite que j'ai dégusté jour après jour pendant ma pause café.

Il y est question d'absence, d'abandon, du manque lié à l'absence ; c'est douloureux, dramatique même. Mais il y est aussi question de pardon (et de tout le cheminement pour y arriver), de renaissance, de rédemption. 

 Et si à travers la vie d'Antoine  et  ses  méandres, Grégoire Delacourt nous invitait tout simplement à explorer les  tréfonds  de notre âme ?

"Alors, finalement, nos vies valurent la peine."