Photo1628

4ème de couverture : Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d'une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s'ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l'arbitre de la compétition s'effondre et Agatha doit révéler l'amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l'assassin.

Détails

  • Broché: 319 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL
  • Date de sortie : 1 juin 2016

Pourquoi ce livre ? Cela fait maintenant 1 an que j'entends parler d'Agatha Raisin mais je vous avoue que le prix des romans (14 €) m'a un peu refroidie, d'autant plus que la série complète compte à ce jour 27 tomes (6 sont sortis en France). J'avais décidé d'attendre la sortie poche (la médiathèque de mon village m'ayant informée que cette série n'était pas prévue dans les futures acquisitions livresques) quand j'ai découvert une offre très alléchante en ebook (3.99 € l'ebook ou lieu de 9.99 €). Je n'ai pas hésité et j'ai bien fait puisque depuis que l'adaptation télévisée a été diffusée sur France 3, le prix est revenu à celui du départ (business is business ...).

Mon ressenti : J'avoue avoir eu un peu de mal au début car je trouvais que l'histoire traînait en longueur. En fait, l'auteur prend son temps pour bien camper tous ses personnages dont certains vont devenir récurrents. A partir de la deuxième moitié du livre, le rythme s'accélère, les situations comiques s'enchainent et j'ai vraiment apprécié ma lecture. L'intrigue policière est bien menée (même si je me doutais du nom du coupable) mais ne vous attendez pas à éprouver des sensations fortes : Agatha Raisin s'apparente plus aux comédies policières de Carol Higgins Clark qu'aux polars de Fred Vargas, par exemple !

Au final, j'ai bien aimé et il me tarde de découvrir la suite des aventures de cette "détective malgré elle", gaffeuse et dont les nombreuses contradictions font tout son charme !

Quelques extraits

Les vieilles maisons craquent et soupirent quand elles se préparent pour la nuit .

- Est-ce qu'elle est de Carsely ?
- Que non, elle est nouvelle ici ! [...] Ça fait dans les vingt ans qu'elle est là.
Agatha était en train d'assimiler le fait que vingt ans de présence dans le village ne permettait pas d'y prétendre à la citoyenneté, si l'on peut dire.

En outre, bien que posséder une certaine dose de charme représente un atout dans le domaine des relations publiques, Agatha en était totalement dépourvue. Elle parvenait à ses fins en incarnant à elle seule les deux personnages du numéro "gentil flic-méchant flic", usant tantôt d'intimidation, tantôt de cajoleries avec ses interlocuteurs. Les journalistes n'accordaient souvent de la place à ses clients dans leurs colonnes que pour se débarrasser d'elle.