Photo1630

 4ème de couverture : Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes. Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire. Marguerite a toujours vécu dans l’ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l’insouciance, le désir et la joie ?

Détails

  • Poche: 224 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (29 mars 2017)
  • Collection : Littérature

Pourquoi ce livre ? Parce que j'avais été très sensible au précédent roman de karine Lambert (L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes) et que j'avais hâte de retrouver sa plume.

Mon ressenti : Il y a des livres qui s'imposent d'eux-mêmes comme une évidence ; Hé bien dansons maintenant ! en fait partie. Il a suffit d'un rêve pour que je bouscule mon planning de lecture et choisisse ce roman à la place d'un autre. Un rêve dans lequel j'attendais avec impatience un coup de téléphone de mon Papa qui devait prendre des nouvelles de ma Maman. Mon Papa nous a quittés l'an dernier ; je vous laisse imaginer dans quel état je me suis réveillée et surtout quelle importance a revêtu ce rêve pour moi. Et c'est le plus naturellement du monde que j'ai changé d'avis pour lire ce roman de Karine Lambert à la place de celui prévu de longue date.

Encore une fois, j'ai bien fait de suivre mon instinct car je n'ai pas aimé cette histoire, je l'ai a-do-rée ! C'est tendre, émouvant, mais jamais larmoyant, drôle aussi. En fait, Marguerite et Marcel nous offre un véritable hymne à la Vie, au Bonheur, à l'Amour. Et ça fait un bien fou !

Et puis, chose non négligeable, cela m'a permis également de voir ma Maman d'un autre oeil et de changer certains de mes comportement apparemment étouffants vis-à-vis d'elle (je suis une vraie lionne envers ceux que j'aime !)

Je ne saurais que trop vous recommander de vite partir à la rencontre de Marguerite et Marcel, deux êtres exquis et, ô combien !, attachants !

Au fait : ma Maman a également lu ce roman et l'a beaucoup aimé.

Quelques perles

Hier encore, Marcel se serait reconnu dans cet homme voûté par le poids de la tristesse. L’impossible choix entre mourir et vieillir. Les solitudes se croisent mais ne s'apaisent pas. Passer de l'enfance à l'âge adulte, c'est perdre une à une ses illusions. De l'âge adulte à la vieillesse, ce sont d'autres renoncements.

Je n'ai pas besoin de médecin. J'ai besoin de danser sous la pluie comme Fred Astaire.

Le bonheur est plus bruyant quand il est partagé.

Certaines rencontres vous accompagnent pour le restant de vos jours.

Se mettre en route le matin, dérouiller les articulations, se lever, se laver, s'habiller, se préparer à manger, tout prend plus de temps. Il faut accepter d'être diminué, avoir le courage d'un autre rythme.

 Pour aller plus loin