P1240627

 Présentation :

  • Broché: 416 pages
  • Editeur : JC Lattès (25 janvier 2017)
  • Collection : Littérature française 

Résumé (4ème de couverture) : "Par amour, n'importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l'autre plus encore que pour soi-même." 

Mon ressenti : Quelle merveille que ce livre ! Malgré un sujet très dur (l'occupation du Havre durant la seconde guerre mondiale), Valérie Tong Cuong a réussi à me captiver dès les premières lignes. 

"Dès que maman a poussé la porte, j'ai compris que cette journée serait différente des autres."

J'ai particulièrement apprécié le fait que chaque chapitre soit raconté par un protagoniste différent (adulte comme enfant) ce qui permet d'avoir le point de vue de tous les membres de la famille au fur et à mesure que les événements s'enchaînent.

Ce roman n'est pas un roman de plus sur cette période sombre de notre histoire. Au contraire, c'est un livre vraiment à part, une ode à l'amour et à la Vie.

"Il fallait apprendre à aimer vivre, et vivre pour aimer." 

Je ne peux que louer l'énorme travail d'investigation que Valérie Tong Cuong a mené (étant donné que la majorité des archives ont été détruites) mais aussi toute sa sensibilité qu'on sent poindre à chaque mot de ce récit captivant.

Par Amour est un magnifique roman qu'il faut lire et faire lire.

Quelques pépites

La guerre éclaire la véritable nature des hommes.

J'ignorais qu'il faut traverser ce genre d'événements tragiques – la perte de ce que l'on a de plus précieux au monde -, pour mesurer ce que le corps et l'âme ressentent, ce trou indescriptible au milieu de soi-même. 
J'ignorais que lorsque cela arrive, il ne reste plus qu'à constater combien les efforts pour s'y préparer ont été inutiles.

Je croyais que nous avions vécu le pire, que nous finirions par nous en accommoder, par oublier la fuite, le retour, que nous saurions nous réinventer, retrouver une forme d'équilibre, je n'avais pas encore compris que ce mot, équilibre, ne signifiait plus rien. 
Il n'y avait plus d'endroit ou d'envers, de tort ou de raison, de bon ou de mauvais côté : tout cela venait de disparaître dans le fracas de la défaite.
Désormais, il y aurait seulement la vie et la mort.

Pour aller plus loin :