Bouts d'Vie & P'tits Bonheurs

22 septembre 2017

C'est l'automne !

Hé oui ! C'est aujourd'hui que nous changeons de saison ! L'été nous a quittés définitivement et nous voici donc en automne !

Et, ce matin, pour célébrer ce premier jour nous avions un ciel merveilleux (ça change du début de la semaine, CLIC !), les "settembrine" sont fidèles au rendez-vous, quelques fleurs ont encore fleuri et ça me met le coeur en joie !

P1240727

P1240718

P1240723

P1240724

Sinon, comme Snoopy nous le rappelle gaiement, en automne les feuilles tombent et se ramassent à la pelle ... courbant un peu plus mon pauvre petit dos endolori !

131549_Happy_Autumn

 (image du net)

Durant les prochains week-ends, nous allons (outre balayer inlassablement la cour !), tailler, empailler, protéger, bref préparer activement l'arrivée du froid de manière à ce que le jardin n'en souffre pas trop dans la mesure du possible.

Qui dit automne, dit aussi le retour des bons petits plats chauds, notamment le délicieux gratin à la courge de ma Maman, mais aussi des prunes, des kakis dont je raffolle, des poires.

Je vais aussi faire le plein de boissons chaudes dans une boutique de Nice-Etoile où j'ai déjà très bien été conseillée cet été (je vous conseille vivement le thé Mélange Oriental de Coffea aussi délicieux froid que chaud).

Il faut aussi que je songe à m'acheter un jean ; j'ai horreur d'aller faire les boutiques et passer mon temps dans les cabines à faire des essayages mais là je ne peux vraiment plus reculer !

Du côté livresque, je vais continuer à découvrir quelques romans de cette rentrée littéraire (Nos Richesses de Kaouther Adimi, Bakhita de Véronique Olmi et, grâce aux matchs de la rentrée littéraire de Price Minister, David Bowie n'est pas Mort de Sonia David) avec une exception fin Octobre, pour Halloween, où j'ai envie de lire une histoire de circonstance (ce sera certainement soit Le Crime d'Halloween d'Agatha Christie, soit Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde). Et puis, comme d'habitude, quelques livres s'imposeront d'eux-mêmes en fonction de l'inspiration du moment !

Enfin, du côté des salles obscures, il y a quelques films qui me tentent beaucoup et que j'espère pouvoir aller voir :

- la nouvelle comédie d'Olivier Nakache et Eric Toledano, Le Sens de la Fête

- le nouveau film de Roman Polanski, D'après une histoire vraie (tiré du livre du même titre de Delphine de Vigan)

- le troisième volet de Thor ; en découvrant cette bande-annonce, je avoue que je suis franchement sceptique : je ne retrouve pas du tout l'esprit des deux précédents volets, ni même des Avengers en général ; quant à la musique je la trouve affreuse et assourdissante. J'espère que ce ne sera pas le film de trop ...

 Voilà ! Avec tout ça, je crois que je ne vais pas voir le temps passer !

Je vous souhaite un très bel automne et vous quitte avec ce poème de Paul Verlaine que j'aime énormément.

8af2bf66cf108031d6e38fc17de2eaca__paul_verlaine_french_phrases

 (image du net) 

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

32217931

 

(image du net)

Posté par Misti Cat à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 septembre 2017

Le bonheur n'a pas de rides de Anne-Gaëlle Huon

unnamed_

 Le bonheur n'a pas de rides.

Le bonheur n'a pas d'âge.

Le bonheur n'a pas de couleur.

Le bonheur ne connaît pas de frontière.

Le bonheur c'est simple comme un coup de fil, disait une publicité (il y a quelques années déjà).

A propos, Paulette attend un coup de fil qui mettra longtemps à arriver et quand enfin le téléphone sonnera sa réaction sera des plus surpenantes ; quoique ...

Le bonheur c'est un carnet secret trouvé entre deux rayonnages de la bibliothèque.

Le bonheur c'est rempli de J'aime / J'aime pas.

Le bonheur c'est imaginer à qui peut ressembler l'être élu.

Le bonheur c'est regarder de vieux films américains.

Le bonheur c'est danser à perdre haleine sans se soucier de savoir si on est ridicule ou pas.

Le bonheur c'est écouter de la poésie déclamée par un garçon dont on ne saurait dire s'il est encore enfant ou déjà homme.

Le bonheur c'est "la vie (avec) c'est toutes ces choses faite de petits riens", comme l'a si joliment chanté Céline Dion. 

Cela fait bientôt deux mois que j'ai quitté Monsieur Yvon, son auberge et ses résidents. Pourtant, ils continuent de m'habiter ; ils sont dans mes pensées et ont trouvé une petite place au fond de mon coeur.

Et je sais qu'un jour prochain, j'y retournerai parce Le bonheur n'a pas de rides fait partie de ces livres qu'on ne peut pas lire qu'une seule fois.

Et la première chose que je ferai en poussant la porte sera de murmurer quelques mots doux au creux de l'oreille de Léon.

Vous pouvez découvrir Le Bonheur n'a pas de rides en version ebook (à petit prix !) ou, pour les amoureux des livres papier, chez City Editions.

Quelques pépites

J’aime tant les premiers du mois ! Ils donnent cette impression que l’on peut tout tenter. Il y a des dates comme ça qui vous donnent l’énergie d’un vainqueur. Et d’autres qui donnent envie que la journée se termine.

En enfourchant sa bicyclette d’un mouvement un peu alourdi, elle regretta que Nour ne l’attende pas à l’auberge. Elle aurait déposé ses craintes, ses peines et ses questionnements sur la table, en vrac, au milieu d’une feuille de papier journal. Ensemble, elles auraient trouvé des réponses, cachées dans les gousses des petits pois, sous les robes des salades, au cœur des oignons. Elles auraient tranché ces racines qui l’enserraient aux chevilles, l’empêchant de grandir et de reprendre son souffle. Et puis sous des épluchures sales, elles auraient mis au jour la Juliette qui peinait encore à prendre son envol, dissimulée derrière des oripeaux affreux, chargés de la protéger de cette grande folle qu’on appelait la vie.

Au cas où vous hésiteriez encore

Posté par Misti Cat à 18:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 septembre 2017

L'Automne (bien) avant l'heure !

 C'est vraiment une année bizarre au niveau du temps.

Alors que cet été, on a énormément souffert de la canicule et de la sécheresse (ce qui est assez rare dans nos montagnes), voilà le temps que j'ai découvert hier matin en ouvrant les volets : un vrai ciel de Novembre !!!

P1240710

 Dans le jardin, il ne reste plus que deux roses fleuries ; elles résistent les pitchounes mais il faut bien avouer qu'elles commencent déjà à être "flafla" !

P1240709   P1240711

Même les colchiques n'ont pas été au rendez-vous ! En furetant dans le jardin, j'ai quand même réussi à en dénicher une seule.

P1240696

Et ce matin, en arrivant au village, j'ai découvert que les sommets avaient un peu blanchi ; j'ai mieux compris pourquoi je grelottais tellement (il ne faisait que 8° !)

Et pendant ce temps-là, à Nice, sous un beau ciel azur et des températures aux alentours de 20°, le yucca affiche de jolies clochettes insolentes.

P1240702

Et les massifs de lantana déploient de merveilleuses palettes de couleurs éclatantes !

P1240704    P1240705

Vous savez quoi ?

Je soupçonne ma Maman d'avoir caché le soleil dans ses bagages et d'avoir emporté avec elle l'été indien que j'attendais tellement !

Samedi, quand j'irai la voir, il faudra que nous ayons une "petite" conversation elle et moi !

il_fait_trop_froid

(image du net)

Posté par Misti Cat à 19:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 septembre 2017

P'tits Bonheurs & Tribulations 2017 - Semaine 37

114385410

Le gros "sniff" de la semaine : C'était prévu, on a essayé de décaler de 8 jours mais elle avait déjà deux rdv médicaux programmés cette semaine, bref ma Maman est redescendue à Nice hier. Ces 3 derniers mois sont passés à une allure folle, folle, folle !!! La seule chose qui me fait plaisir, est qu'elle s'est bien reposée et qu'elle s'est vidée la tête. Elle avait vraiment meilleure mine qu'à son arrivée ! Maintenant, j'espère de tout mon coeur que les personnes qui l'ont usée au printemps vont se calmer et que ma petite Maman va trouver le courage de les envoyer bouler au cas où ... (je ne vous raconte même pas comment je l'ai coachée !). Ce matin, ça m'a fait drôle de n'entendre aucun bruit au-dessus, de voir les volets du premier étage fermés, de manger toute seule (pas complètement seule puisque mes félins étaient au chaud avec moi). Tout à l'heure, ça va me faire bizarre de ne pas aller l'embrasser et de l'avoir seulement au téléphone (vous me direz c'est déjà mieux que rien).Mouais, ils sont passés drôlement vite ces 3 derniers mois ...

t_l_chargement 

(image du net)

Les moment "grrr"

- Je n'ai toujours pas de réseau avec le portable ; il paraît que la panne est plus complexe que prévu et qu'un retour à la normale est programmé au 23 /09, soit en fin de semaine ... ça ne fera que 3 semaines que le réseau est coupé ...

- Avec le retour de l'humidité ambiante, mon dos et mes articulations se rappellent à mon bon souvenir et j'ai de nouveau eu une crise de névralgie ; que du bonheur !

2f8eda56a42fa4f4aead9ef330f25787__humour_french 

(image du net)

Les moment "youpi !"

- J'ai terminé le dernier roman d'Amélie Nothomb : un petit chef d'oeuvre !

- Vendredi, après des jours d'une attente interminable, j'ai enfin reçu le mail tant attendu : j'ai été sélectionnée pour les Matchs de la Rentrée Littéraire (danse de la joie) !

- Samedi, pour sa dernière journée à la montagne, nous avons invité Maman au restaurant où on s'est régalé et après nous sommes allés faire un tour en 4X4, juste derrière le village. Malheureusement, je ne pourrai partager aucune photo car j'avais oublié mon APN !!!

- Ce week-end a eu lieu la grande pesée des félins fragiles à surveiller de près : si Bouddha est stable, Fripouille quant à elle a pris 100 grammes (méga-danse de la joie !)

Lu : Frappe Toi Le Coeur d'Amélie Nothomb et quelques magazines qui trainaient dont un qui contenant une interview très intéressante d'... Amélie Nothomb !

Vu : Comme vous vous en doutez, j'ai vu la deuxième partie de La Mante, la plupart du temps avec les mains sur mes yeux tellement j'ai eu peur ! Sinon, l'intrigue est rudement bien menée et j'ai hâte d'être à ce soir pour le final !

Vendredi, nous avons regardé NCIS et là ça ne va plus du tout : j'ai compté que depuis le début de cette série, nous en sommes à (si je ne m'abuse) 13 personnages secondaires que les scénaristes ont fait mourir (2 ou 3 car leurs interprètes étaient décédés également) ; c'est beaucoup trop pour mon petit coeur sensible ! Et bien évidemment, je ne parle que des personnages secondaires qui sont du côté des gentils, pas des terroristes !

Entendu : cette très belle chanson de Julien Clerc (album à venir le 20/10/2017)

Je vous souhaite une très belle semaine et je vous laisse avec cette publicité qui m'a énormément émue : 

Posté par Misti Cat à 19:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

14 septembre 2017

Les Deux Messieurs de Bruxelles d'Eric-Emmanuel Schmitt

P1240132

 Présentation :

  • Poche: 264 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (27 août 2014)
  • Collection : Littérature

Résumé (4ème de couverture) : « En amour, on croit être deux alors qu'on est trois. » Cinq nouvelles (...) où Eric-Emmanuel Schmitt parle de l'amour sous toutes ses formes : conjugal, clandestin, paternel, filial, mais aussi, amour de l'art ou amour de l'humanité. À travers un suspense subtil et ensorcelant, il dévoile les secrets de plusieurs âmes pour déjouer la complexité du cœur humain.

Pourquoi ce livre ? Parce qu'entre deux romans denses, j'ai ressenti le besoin de lire des petites histoires et qu'Eric-Emmanuel Schmitt ne m'a jamais déçue dans l'art d'écrire des nouvelles.

Mon Ressenti : L'art d'écrire une nouvelle n'est pas aisé et s'il y a bien un auteur qui ne m'a jamais déçue dans ce domaine c'est Eric-Emmanuel Schmitt. Une fois encore, après avoir été conquise par Odette Toulemonde et Autres Histoires et Concerto A La Mémoire d'Un Ange, j'ai été plus qu'emballée par ce recueil qui m'a fait passer par tant de sentiments différents ! Un de mes professeurs de fançais au lycée nous avait dit lors d'un cours que l'élément le plus important dans une nouvelle était sa chute. Et je peux vous dire que les chutes de ces cinq histoires sont très surprenantes ; tour à tour, j'ai été émue, j'ai été bouleversée, j'ai ri, je suis restée sans voix et j'ai frémi. De plus, l'auteur livre une très interessante étude de l'âme humaine à travers tous les personnages qu'il nous donne à rencontrer.

Les Deux Messieurs de Bruxelles est un livre à lire et relire à cause du plaisir qu'il procure mais aussi pour les émotions qu'il véhicule.

A noter :

- la version poche comporte une journal d'écriture qui est plus qu'ontéressant puisqu'Eric-Emmanuel Schmitt nous fait pénétrer dans les coulisses de son livre

- la nouvelle Le Chien est parue dans une version un peu plus longue chez Albin Michel.

Quelques pépites

Nous vivons tous deux vies, la factuelle, et l'imaginaire.

Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l'homme.

La mort n'est qu'un service rendu à la vie pour qu'elle se renouvelle et continue.
Si la terre s'encombrait d'immortels, comment coexisrerions-nous ? Il nous faudrait alors inventer un moyen de faire de la place aux nouvelles générations.
La mort constitue la sagesse de la vie.

La littérature nous met en garde contre les idées simples. En cela,elle agit différemment de l’idéologie qui, elle, tend à chercher l’élémentaire sous la pluralité.

Le bonheur ne consiste pas à se mettre à l'abri de la souffrance,mais à l'intégrer au tissu de notre existence.

* Il faut aimer l'homme... mais qu'il est difficile à aimer ! De même qu'on ne peut pas être optimiste sans connaître intimement le pessimisme, de même ne peut-on chérir l'humanité sans la détester un peu. Un sentiment porte toujours son contraire. A chacun de peser du bon côté.

Le mot de la fin : 

Posté par Misti Cat à 18:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


11 septembre 2017

P'tits Bonheurs & Tribulations 2017 - Semaine 36

 114385410

Les moments "grrr"

- Ma livebox fait toujours des siennes, ça vous commencez à la savoir !, mais durant toute la semaine je n'ai plus eu de réseau sur mon portable ; au bout du 3ème appel, je suis tombée sur une personne qui a pris mon problème en considération ; elle m'a promis un retour à la normale dans la semaine et moi, d'ici là, je prie pour ne pas avoir de galère sur la route car si jamais je tombe en panne je me demande bien comment je vais faire pour appeler un dépanneur (ceci étant un exemple parmi tant d'autres ...)

- Il a enfin plu (pas de quoi se réjouir de trop car, en comparaison des besoins, ce qui est tombé est infime) ce qui s'est accompagné par une baisse brutale des températures : samedi matin je faisais les courses au village en tee-shirt, samedi après-midi en sortant du restaurant j'avais la polaire, un foulard noué autour du cou et ça ne suffisait pas ! Et hier soir, pendant le film, j'ai allumé le chauffage dans la salle à manger car je ne tenais vraiment plus !

- Mon beau-père reparle à nouveau de vouloir se faire hospitaliser car il se noie dans un verre d'eau, est de moins en moins motivé. On pensait qu'en mettant en place le portage des repas à domicile et l'aide ménagère, ça le soulagerait mais visiblement pas assez... Il n'a même pas voulu venir manger à la maison pour notre anniversaire de mariage ...

Les moments "youpi !"

- Pouvoir admirer un soir la pleine lune superbe

- Voir les premières "settembrine" éclore

- Fêter notre anniversaire de mariage avec mon mari (CLIC)

- Trouver un peu (pas beaucoup mais c'est mieux que rien !) de temps pour lire

2017-36

Lu : J'ai enfin pu me plonger dans le dernier roman d'Amélie Nothomb ; j'en suis aux trois-quarts et j'adore !

Vu : Le grand moment de télévision cette semaine pour moi a été la découverte de cette série dont on a tant parlé cet été : La Mante. Et pour l'instant cette série tient toutes ses promesses ! Vivement ce soir pour la suite !

Je vous propose également de découvrir cette vidéo qui a fait le tour du net et franchement je rigole encore devant la bêtise de certaines personnes ; pour ma part, je dis un grand bravo au maire de cette commune pour sa réaction ! Hé oui, à la montagne on entend les oiseaux faire "cui-cui", les coqs faire "cocorico" et les cloches des vaches faire "ding-dong" !

Haute-Savoie : des résidents lancent une pétition contre les cloches des vaches

Henri-Victor Tournier, le maire du Biot en Haute-Savoie, se souviendra certainement longtemps du courrier électronique reçu le 21 août dernier. Il s'agissait d'une pétition émanant d'une dizaine de propriétaires de la station du col du Corbier située sur sa commune. Les signataires se plaignent de nuisances sonores.

http://france3-regions.francetvinfo.fr

Entendu : le tout nouveau titre d'Etienne Daho, Les Flocons de l'Eté

 Avant de vous laisser, une énorme pensée pour toutes les victimes des catastrophes naturelles. N'oublions jamais que tout passe, tout est éphémère, on peut tout perdre du jour au lendemain ; alors sachons apprécier ce qu'on a et en profiter.

00792

Posté par Misti Cat à 19:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Noces de Corail

Hier, mon mari et moi avons fêté nos noces de corail c'est-à-dire nos 11 ans de mariage.

P1240682

Tous nos projets sont tombés à l'eau à cause d'une météo très capricieuse durant tout le week-end (mais comme je suis la première à pleurer sur nos merveilleux paysages défigurés par la sécheresse, je ne vais pas me plaindre de la pluie) et d'une chute assez spectaculaire des températures (là, par contre, je râle !).

Mon mari m'a donc invitée au restaurant à midi et le soir, Maman nous avait concocté un repas inoubliable dont elle seule a le secret.

Et finalement, c'est bien ça qui compte le  plus :  avoir pu fêter notre anniversaire ensemble tous les deux.

Pour celles et ceux qui se poseraient la question, j'ai choisi cette vidéo déjà parce que Le Grand Bleu est mon film culte mais aussi parce le papa du petit garçon, Jacques  Mayol, est cueilleur  de  corail ;-)

Posté par Misti Cat à 19:45 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

08 septembre 2017

Par Amour de Valérie Tong Cuong

P1240627

 Présentation :

  • Broché: 416 pages
  • Editeur : JC Lattès (25 janvier 2017)
  • Collection : Littérature française 

Résumé (4ème de couverture) : "Par amour, n'importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l'autre plus encore que pour soi-même." 

Mon ressenti : Quelle merveille que ce livre ! Malgré un sujet très dur (l'occupation du Havre durant la seconde guerre mondiale), Valérie Tong Cuong a réussi à me captiver dès les premières lignes. 

"Dès que maman a poussé la porte, j'ai compris que cette journée serait différente des autres."

J'ai particulièrement apprécié le fait que chaque chapitre soit raconté par un protagoniste différent (adulte comme enfant) ce qui permet d'avoir le point de vue de tous les membres de la famille au fur et à mesure que les événements s'enchaînent.

Ce roman n'est pas un roman de plus sur cette période sombre de notre histoire. Au contraire, c'est un livre vraiment à part, une ode à l'amour et à la Vie.

"Il fallait apprendre à aimer vivre, et vivre pour aimer." 

Je ne peux que louer l'énorme travail d'investigation que Valérie Tong Cuong a mené (étant donné que la majorité des archives ont été détruites) mais aussi toute sa sensibilité qu'on sent poindre à chaque mot de ce récit captivant.

Par Amour est un magnifique roman qu'il faut lire et faire lire.

Quelques pépites

La guerre éclaire la véritable nature des hommes.

J'ignorais qu'il faut traverser ce genre d'événements tragiques – la perte de ce que l'on a de plus précieux au monde -, pour mesurer ce que le corps et l'âme ressentent, ce trou indescriptible au milieu de soi-même. 
J'ignorais que lorsque cela arrive, il ne reste plus qu'à constater combien les efforts pour s'y préparer ont été inutiles.

Je croyais que nous avions vécu le pire, que nous finirions par nous en accommoder, par oublier la fuite, le retour, que nous saurions nous réinventer, retrouver une forme d'équilibre, je n'avais pas encore compris que ce mot, équilibre, ne signifiait plus rien. 
Il n'y avait plus d'endroit ou d'envers, de tort ou de raison, de bon ou de mauvais côté : tout cela venait de disparaître dans le fracas de la défaite.
Désormais, il y aurait seulement la vie et la mort.

Pour aller plus loin :

Posté par Misti Cat à 17:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 septembre 2017

P'tits Bonheurs & Tribulations 2017 - Semaine 35

114385410

Les moments "grrr"

- Si le premier jour de reprise a été assez cool dans l'ensemble, dès le deuxième jour les cas se sont accumulés et depuis je suis à nouveau bien fatiguée ...

- La reprise des horaires de boulot ne s'est pas faite sans mal ; il faut reprendre des habitudes dont je m'étais débarrassée très facilement pendant 15 jours !

- Je n'ai absolument pas eu de temps pour moi : pas de lecture sauf 30 pages hier (je peux vous dire que je suis en très grand manque), pas de visite sur vos blogs (ou si peu)

- Ma livebox fait toujours des siennes (je ne peux pas quitter mon opérateur actuel car il paraît que les autres c'est encore pire !)

Les moments "youpi !"

- Le contrôle semestriel de Fripouille s'est assez bien passé. Notre titounette souffre d'une insuffisance rénale chronique qui a été diagnotiqué il y a deux ans. En 8 mois, elle a perdu 500 grammes, les résultats de la prise de sang ne sont pas bons mais ils ne sont pas catastrophiques, comme je le craignais. Et moi, tout ce qui m'importe c'est que je peux encore profiter de mon petit pot de colle (je ne peux pas m'asseoir sans qu'elle vienne vite se lover sur mes genoux en ronronnant, et je vous avoue que j'adore ça !). Pour combien de temps ? Nul ne le sait mais ce n'est plus ce qui me préoccupe aujourd'hui. Je prends chaque jour avec son lot de p'tits bonheurs et samedi les résultats de ma Fripouille adorée n'étaient pas alarmants, c'est tout ce qui compte. Bien évidemment, il faut que je continue à lui donner son comprimé le matin, que je surveille son poids tous les 15 jours et son état général, bref tout ce que je faisais jusqu'à présent !

- Et puisque je vous parle de mes félins, j'ai oublié de vous dire que Bouddha (après accord du véto) sort de nouveau dans le jardin ... pour son plus grand bonheur !  

- Maman nous a concocté une tarte tatin salée de tomates ; j'en salive encore !

- Samedi , j'ai été à la Fnac de Nice au rayon des livres (ça vous étonne ???) et j'y ai découvert une vendeuse que je ne connaissais pas qui non seulement est passionnée par les livres mais qui en plus nous a fait partager à moi et d'autres personnes présentes ses coups de coeur (du coup, je suis repartie avec 3 livres au lieu des 2 prévus ...). Quel bonheur de pouvoir tomber sur une personne aussi enthousiaste qu'elle ! 

- Hier, nous sommes partis faire une petite virée par loin de chez nous et on a pique-niqué dans un endroit sublime avec pour seul bruit les cris des marmottes ; que du bonheur !

2017-35

Lu : Comme je vous l'ai dit pas grand-chose, mises à part hier les 30 dernières pages de ma lecture en cours (Par Amour de Valérie Tong Cuong). J'ai aussi feuilleté le dernier Paris Match consacré à Mireille Darc mais je n'ai pas réussi à le lire car, à ma grande surprise, sa disparition m'affecte beaucoup plus que je ne l'aurais imaginé. 

Vu : La Maison du Bonheur de et avec Dany Boon (je ne l'avais jamais vu et quelle franche rigolade !), Le Grand Blond avec une Chaussure Noire de Yves Robert (comédie culte avec tous les acteurs de ma jeunesse), Nikita de Luc Besson (je connais pratiquement tous les dilogues par coeur et pourtant je revois toujours ce film avec la même émotion qu'en 1990 lors de sa sotie en salles), Le Divan émission avec Mireille Darc (c'était très émouvant de l'entendre s'exprimer sur sa vie, ses amours, ses blessures).

Entendu : Ou plus exactement j'ai eu cette chanson dans la tête pendant plusieurs jours. 

 Je vous souhaite une belle semaine et à tous les élèvres, parents, professeurs une

bonne_rentree

 (image du net)

Posté par Misti Cat à 20:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 septembre 2017

La Fille de Brooklyn de Guillaume Musso

P1240002

L'histoire (4ème de couverture)Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. 

L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé : " Si j'avais commis le pire, m'aimerais-tu malgré tout ?" Vous auriez répondu quoi, vous ? 

Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire. Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo. 

– C'est moi qui ai fait ça. 
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. 
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. 
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu. 
Et depuis, je la cherche. 

Détails

  • Broché: 473 pages
  • Editeur : XO (24 mars 2016)

Pourquoi ce livre ? Parce que ça fait trop longtemps que je n'avais plus lu de roman de Guillaume Musso qui est un auteur que j'aime énormément; la faute au manque de temps et aux terribles tentations livresques !

Mon ressenti : Attention, je préfère vous mettre en garde : La Fille de Brooklyn est un véritable page-turner ! Une fois commencé, impossible de le lâcher !

L'intrigue est rudement bien mené, le style est nerveux, rapide, les chapitres s'enchaînent chacun apportant son lot de rebondissements ce qui permet à l'auteur de nous balader (mais sans jamais nous perdre !), jusqu'au dénouement final qui est des plus inattendus et que j'ai atteint dans un état proche de l'apnée !

Quelques extraits

Les livres ont une singularité qui confine à la magie : ils sont un passeport pour l'ailleurs, une grande évasion. Ils peuvent servir de viatique pour affronter les épreuves de la vie.

Chaque vie connaît un jour ce type de séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d'une forêt desséchée. Le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l'abîme. Ou la renaissance.

Je suis cette fille solaire qui court sur le sable tiède de Palombaggia. Je suis le vent qui fait claquer les voiles d'un bateau en partance. La mer infinie de nuages qui donne le vertige derrière le hublot. Je suis un feu de joie qui brûle à la St Jean. Les galets d'Etretat qui roulent sur la plage. Une lanterne vénitienne résistant aux tempêtes.
Je suis une comète qui embrase le ciel. Une feuille d'or que les rafales emportent. Un refrain entraînant fredonné par la foule. Je suis les alizés qui caressent les eaux. Les vents chauds qui balaient les dunes. Une bouteille à la mer perdue dans l'Atlantique. 
Je suis l'odeur vanille des vacances à la mer et l'effluve entêtant de la terre mouillée. Je suis le battement d'ailes du bleu-nacré d'Espagne. Le feu follet fugace qui court sur les marais. 
La poussière d'une étoile blanche et trop tôt tombée

Pour aller plus loin :

Posté par Misti Cat à 20:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :